Lisez cet article en anglais, en allemand, en espagnol, en turc, en italien ou en polonais.

Que ce soit depuis leur création ou que vous veniez de commencer à explorer les marchés cryptos, il ne fait aucun doute que vous avez toujours suivi l’évolution de Bitcoin et d’Ethereum. Ces deux géants dominent la cryptosphère depuis le début. Alors que le bitcoin se classe en tête des cryptomonnaies, c’est la technologie derrière le réseau Ethereum qui alimente un grand nombre d’altcoins et d’applications de finance décentralisée (DeFi) ainsi que des développements à fort potentiel.

Ce 30 juillet 2021, nous célébrerons le sixième anniversaire du lancement du réseau Ethereum. Et on a autre chose à fêter : le prix de l’ETH a atteint des niveaux record depuis le début de l’année. Mais comment Ethereum est-il parvenu à devenir une force aussi vitale dans le monde des cryptomonnaies ? Qu’est-ce qui le sous-tend ?

Le réseau Ethereum (EVM)

Si vous avez lu certains des articles de la section « Débutant » de notre Bitpanda Academy, vous savez déjà qu’Ethereum est une blockchain décentralisée qui est surtout connue pour ses DApp et ses smart contracts. Tout comme les autres blockchains, il s’agit d’une base de données fonctionnant sur un réseau d’ordinateurs (appelés « nodes ») répartis aux quatre coins du monde, qui se partagent et mettent à jour les transactions simultanément. Autrement dit, chaque ordinateur participant conserve une copie actualisée de l’état actuel du réseau Ethereum.

Ethereum, l’Ether (ETH) et le gas

Bien que le terme « Ethereum » soit utilisé pour désigner différents éléments, voici quelques définitions concrètes : Ethereum est le nom donné au réseau Ethereum, mais l’Ether (ETH), la cryptomonnaie native du réseau Ethereum qui est utilisée pour les transactions et comme réserve de valeur, est également souvent appelé « Ethereum ».

Le « gas », quant à lui, mesure l’effort de calcul nécessaire à l’exécution d’une transaction Ethereum. Ce « gas » est l’équivalent des frais de réseau requis pour traiter une transaction spécifique et est payé en Ether (ETH).

Les smart contracts

Alors pourquoi Bitcoin n’a-t-il pas évolué comme l’a fait Ethereum ? Pour des raisons technologiques, tout simplement.

En programmation informatique, les langages de script sont utilisés pour automatiser l’exécution de tâches. Alors que la capacité de script de Bitcoin est limitée aux transactions pair-à-pair, Ethereum a entrepris de créer un système distribué qui offre également une fonctionnalité pour l’automatisation décentralisée des mécanismes pour les actifs financiers numériques.

La technologie d’Ethereum permet à deux parties ou plus d’utiliser des protocoles appelés smart contracts. Ces smart contracts effectuent des calculs ou des actions prédéfinis (si certaines conditions sont déclenchées) et gèrent des tokens. Les smart contracts sont immuables. Ils sont utilisés dans des applications telles que les applications décentralisées (DApp) et présentent de nombreuses possibilités de cas d’utilisation.

Les tokens

Dans son acception la plus simple, un token est un élément unique d’un langage de programmation qui est considéré comme une unité de valeur. Il existe diverses manières de distinguer les tokens. L’une d’elles est la différence entre les security tokens et les utility tokens. Un security token représente une action dans une société qui émet le token, tandis qu’un utility token, tel que le token de l’écosystème de Bitpanda BEST, donne accès et la possibilité d’utiliser des services spécifiques. Le standard ERC20 d’Ethereum est à l’origine d’un large éventail de projets blockchain.

Les standards ERC20 et ERC721

Dans le réseau Ethereum, les standards (les normes convenues sur la manière de procéder) assurent la compatibilité pour tous les développeurs et utilisateurs. Les lettres « ERC » signifient « Ethereum Request for Comment ». Il s’agit d’un document contenant des règles écrites par des programmeurs de smart contracts qui deviennent des normes à travers l’écosystème Ethereum une fois qu’une proposition d’amélioration a été acceptée par la communauté. Il existe un large éventail de standards ERC, les plus importantes étant ERC20 et ERC721.

D’une part, le standard ERC20 est une norme pour les tokens fongibles (plus d’informations à ce sujet à suivre), tels que les tokens utilisés pour le staking ou les paiements. C’est la norme la plus utilisée au monde pour le lancement de tokens sur une blockchain. D’autre part, la norme ERC721 est le standard pour les tokens non fongibles d’Ethereum appliqué pour créer un token unique, tel qu’un enregistrement de propriété.

Tokens fongibles et non fongibles

Que signifient les termes « fongible » et « non fongible » ? Tout actif fongible, tel qu’un billet d’un dollar ou un bitcoin, est mutuellement interchangeable avec un autre. Par exemple, les unités de bitcoins sont des tokens fongibles. La fongibilité signifie qu’une unité de valeur peut être remplacée par une unité identique.

Imaginons que vous allez faire du shopping, que vous payez un article etque l’on vous rend une pièce d’un euro avec laquelle quelqu’un d’autre a réglé ses achats. Cette pièce d’un euro est fongible : la pièce elle-même n’a pas d’importance, car elle a la même valeur que toutes les autres pièces d’un euro, alors peu importe la pièce que vous détenez.

Un token non fongible (NFT), en revanche, certifie un actif financier numérique unique qui n’est pas interchangeable. Un token non fongible peut servir à représenter numériquement la propriété d’une personne sur un objet unique, tel qu’une œuvre d’art ou une musique sur la blockchain Ethereum. Un token non fongible est unique en son genre, il ne peut pas être modifié ou échangé avec un autre token. C’est pourquoi les NFT, en tant qu’enregistrements de propriété et réserves de valeur, font actuellement fureur dans le monde des arts.

Nous sommes convaincus que l’écosystème autour d’Ethereum reste l’un des projets les plus innovants et les plus stimulants de la cryptosphère. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Achetez des ETH maintenant