Lisez cet article en anglais, en allemand ou en espagnol.

Alors que certains pays se passent du cash, de nouveaux problèmes relatifs à la vie privée et à la surveillance sont en train d’émerger.

Si vous êtes Norvégien ou Suédois, par exemple, vous n'avez probablement pas touché d'argent liquide depuis des mois, voire des années. Cependant, cette évolution vers des sociétés sans liquidités est loin d’être une norme partout en Europe.

Si vous essayez de payer votre facture dans une auberge dans les Alpes autrichiennes pendant vos vacances, vous risquez de vous confronter à des problèmes sans argent liquide. Ces derniers temps, certaines opinions en Autriche ont même demandé l’inscription du droit au cash dans la constitution. Alors pourquoi l'Autriche, et la plus majeure partie de l'Europe, est-elle encore obsédée par l'argent liquide ?

L'Europe et le cash : une histoire d'amour qui dure

En 2017, la Banque centrale européenne a effectué une étude intitulée « The use of cash by households in the euro area », dont les résultats sont révélateurs : l'année précédente, la BCE a mené une enquête auprès d'environ 65 000 personnes en Europe et a constaté que 79 % de toutes les transactions aux points de vente ont été effectuées en espèces, équivalentes à 54 % de la valeur totale de tous les paiements.


L'étude a révélé que l'argent liquide est particulièrement populaire en Allemagne, en Autriche et dans des pays comme Malte, où 92 % des transactions sont effectuées en espèces, ainsi qu'en Grèce et à Chypre (88 %). Cette étude, étant la première du genre, a été effectuée dans l'ensemble de l'union économique et monétaire comptant dix-neuf membres et semble contredire les arguments selon lesquels l'avenir de l'Europe sera probablement (ou devrait être) sans cash.

Je dis B comme Bitcoin, la banque je la jette

De nombreux pays européens s'opposent à l'idée de se passer d'argent liquide pour plusieurs raisons. Tout d'abord, une partie de la population est très préoccupée par le respect de la vie privée. Le fait de gérer personnellement son argent est vieux comme Hérode.

En 2016, par exemple, Harald Mahrer, ancien ministre fédéral autrichien des sciences, de la recherche et de l'économie, a déclaré à la station de radio publique autrichienne Oe1 :

« Personne ne doit pouvoir suivre numériquement ce que nous achetons, mangeons et buvons, quels livres nous lisons et quels films nous regardons [...] Nous lutterons contre toutes ces règles. »

De nombreux partisans du cash sont favorables aux libertés qu'il offre et ne souhaitent aucun changement. De plus, contrairement aux paiements électroniques, payer en liquide ne laisse aucune trace électronique pour les pays ni pour les entreprises.

Même au sein de sociétés davantage numérisées, le cash reste la méthode de paiement préférée des Autrichiens. Les retraités, les enfants et les sans-abri sont les premiers à se préoccuper des conséquences d’un monde sans argent liquide.

D'une part, les personnes issues des générations antérieures ne bénéficient pas forcément des savoir-faire technologiques des Millennials et peuvent craindre de faire face aux nouvelles technologies. D'autre part, si les enfants ne sont jamais confrontés à l'échange d'argent liquide contre des produits, ils risquent de développer l'idée que l'argent est illimité et de ne pas apprendre la différence entre l'épargne et le crédit. Et pour les sans-abri, l'argent liquide est essentiel, car beaucoup d'entre eux n'ont ni compte bancaire ni accès aux technologies.

Transparence et respect de la vie privée

L'un des grands avantages de l'argent liquide est qu'il peut être utilisé sans intermédiaire et sans surveillance gouvernementale. Cette caractéristique est l'un des attributs que les cryptomonnaies comme Bitcoin partagent avec l'argent liquide : Bitcoin offre également des transactions anonymes aux utilisateurs.

Une grande partie de la population mondiale est toujours gouvernée par des régimes autoritaires. Au Venezuela, par exemple, la population utilise Bitcoin pour contourner les contrôles financiers et l'hyperinflation.

Aujourd'hui, le recours à Bitcoin pour les transferts d'argent depuis l'étranger est le seul moyen pour les Vénézuéliens de contourner les banques locales, auxquelles le gouvernement impose de communiquer tous les détails des transactions, y compris la destination de l'argent. Les Vénézuéliens se trouvent donc entre le marteau et l'enclume, étant donné qu’ils ne savent pas utiliser Bitcoin, qui leur permet pourtant de préserver leur vie privée grâce à une relative simplicité d'utilisation.

Cependant, à l'heure actuelle, les cryptomonnaies sont encore loin d'être répandues et adoptées dans le monde entier dans des économies plus stables. Moins de 40 millions de personnes dans le monde, équivalant à moins de 1 % de la population mondiale, ont déjà utilisé Bitcoin. En effet, la majorité des utilisateurs de cryptomonnaies sont des Millenials, de sexe masculin travaillant dans les domaines de l'informatique et de la finance.

Bitcoin est une technologie émergente, de sorte qu'il est toujours possible de perfectionner ses caractéristiques telles que la facilité d'utilisation et la vitesse de transaction. De nouvelles technologies, telles que le Lightning Network, devraient permettre d'augmenter le nombre de transactions de bitcoins et de les rendre plus accessibles au grand public.

De plus, pour augmenter le nombre d'utilisateurs de cryptomonnaies, il est essentiel d'améliorer l’ergonomie des wallets, le matériel éducatif et les exchanges. Le recours aux cryptomonnaies permet à un grand nombre de personnes non bancarisées dans le monde entier, ne pouvant utiliser les services bancaires traditionnels, d'accéder à des services financiers.

Un panier garni

Si à un moment donné, on abandonne le cash, les cryptomonnaies offriront des transactions avec un minimum de confidentialité. Étant donné qu'une société sans liquidités est forcément plus vulnérable au contrôle financier, à la surveillance et à l'autoritarisme, le bitcoin est considéré comme une protection contre ces dangers.


Bitcoin est la solution parfaite à cette situation, car il est décentralisé, pseudonyme et hautement sécurisé. Il est le seul moyen de paiement qui transforme l'argent papier et les paiements électroniques en « argent numérique ». Des bitcoins peuvent être transférés entre deux personnes sans intermédiaire et sans surveillance, après avoir pris les précautions nécessaires.

Les sociétés progressent de plus en plus rapidement vers un futur entièrement numérique et ont donc besoin d'une sorte de « monnaie numérique », qu'il s'agisse de bitcoin ou autre chose.