• Accueil
  • Blog
  • Transformation de l’industrie du mining de bitcoins : quels sont les enjeux pour vous ?

Transformation de l’industrie du mining de bitcoins : quels sont les enjeux pour vous ?

Elisabeth Oberndorfer

Par Elisabeth Oberndorfer

La Chine a encore fait les gros titres lorsque le gouvernement a annoncé l’interdiction du mining de bitcoins dans plusieurs de ses provinces. Quel impact cette décision aura-t-elle sur l’activité minière et comment affecte-t-elle le prix du BTC ? Plongeons ensemble dans le vif du sujet.

Le mining de bitcoins est énergivore

Le mining est une composante essentielle de Bitcoin : il sert à vérifier les transactions, à sécuriser le réseau et à atteindre un consensus sans avoir besoin d’une autorité centrale. Le mining est donc nécessaire pour s’assurer que seules les transactions légitimes sont vérifiées dans la blockchain de la cryptomonnaie et pour assurer le bon fonctionnement du réseau. Pour les inciter à continuer à investir dans du matériel spécialisé et, bien sûr, dans l’énergie nécessaire, les mineurs reçoivent en récompense des bitcoins fraîchement créés. Dans les tout premiers jours de Bitcoin, les mineurs utilisaient leurs ordinateurs personnels, mais au fil des ans, l’industrie s’est professionnalisée et est devenue moins attrayante pour les mineurs individuels.

Le mining de bitcoins est connu pour sa forte consommation d’énergie. Les mineurs doivent en effet résoudre des casse-têtes mathématiques, et ce processus requiert une grande puissance de calcul qui, à son tour, nécessite beaucoup d’énergie.

Ce processus est également appelé « proof-of-work » et illustre le fait que la forte demande en énergie de Bitcoin est une caractéristique prévue plutôt qu’un effet secondaire indésirable. Le raisonnement est simple : plus le réseau est robuste, plus il est coûteux de l’attaquer (par exemple, via une attaque à 51 %).

La répression chinoise contre le mining de bitcoins


C’est ici qu’interviennent les récentes nouvelles concernant la répression du mining de bitcoins par la Chine. Selon plusieurs estimations, jusqu’à 75 % de la puissance de mining de bitcoins se situe dans les régions chinoises. En mai, le Conseil d’État chinois a annoncé qu’il allait interdire le mining dans certaines provinces. Cette déclaration a fait chuter le prix du BTC, amenant certains mineurs locaux à cesser leur activité peu après. En juin, la Chine a étendu son interdiction à la province du Sichuan, la deuxième plus grande région minière après le Xinjiang. Plusieurs théories circulent sur les raisons pour lesquelles la Chine sévit contre le mining de cryptomonnaies, l’une d’entre elles étant son effort pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2060. Le fait que le mining de bitcoins reposait autrefois largement sur l’énergie bon marché du charbon pourrait empêcher d’atteindre cet objectif. Le Conseil d’État explique ses mesures contre les cryptomonnaies et le mining par des préoccupations liées aux risques financiers et au blanchiment d’argent. Il convient de noter que la Chine travaille sur sa propre monnaie numérique de banque centrale (CBDC) qu’elle peut contrôler ; le bitcoin constituerait une menace pour une telle monnaie virtuelle entièrement centralisée.

Que représente un hashrate plus faible pour les investisseurs ?


Quelles qu’en soient les véritables raisons, les récents événements ont déjà eu un impact majeur sur l’industrie du mining. À la fin du mois de juin, le hashrate était tombé à son plus bas niveau depuis mai 2020. Le taux de hachage reflète la quantité de puissance de traitement et de calcul utilisée dans l’ensemble du réseau Bitcoin. Les experts s’attendent à ce que le taux de hachage reste faible jusqu’à ce que les mineurs affectés par ces nouvelles interdictions soient relocalisés. Un hashrate plus faible ne se répercutera pas immédiatement sur les investisseurs en BTC, mais le réseau pourrait être plus vulnérable aux attaques qu’il ne le serait avec un taux de hachage plus élevé.

En revanche, une baisse du débit de hachage rend le mining à nouveau plus lucratif pour les mineurs de bitcoins, qui gagnent alors plus de BTC pour la même quantité d’énergie investie dans le réseau. Bien que le hashrate lui-même n’ait pas nécessairement un impact direct sur le prix du BTC, les récentes discussions sur le mining et la puissance de hachage ont probablement alimenté la volatilité du bitcoin au cours de ces dernières semaines.

Les mineurs de bitcoins prennent le large


Où les mineurs de bitcoins s’installeront-ils maintenant que la Chine est en train d’interdire toute activité de mining sur son territoire ? Il semblerait que les États-Unis leur ouvrent leurs portes : selon les analystes, le Texas pourrait être une destination privilégiée en raison de ses ressources en énergies renouvelables et de sa réglementation. Cette tendance n’est en fait pas si nouvelle, puisque les sociétés de mining de bitcoins ont transféré leurs activités de la Chine au Texas dès l’année dernière.

BIT Mining, l’un des plus grands mining pools, a annoncé il y a quelques semaines son investissement dans un centre de données de mining au Texas. Toutefois, l’entreprise envisagerait de déplacer ses principales activités du Sichuan au Kazakhstan plutôt qu’aux États-Unis. Le Kazakhstan constituerait une destination de choix, car le pays fournit une énergie bon marché grâce aux mines de charbon. Parmi les autres régions qui devraient bénéficier de l’exode de l’industrie de mining chinoise, citons le Canada, l’Islande, la Mongolie et l’Afghanistan.

Il reste à voir comment ces changements affecteront le mix énergétique de Bitcoin, qui a été un sujet très discuté dans les médias grand public. Selon une étude récente menée par le Bitcoin Mining Council, on estime que 56 % de l’énergie de Bitcoin proviendra de ressources renouvelables au deuxième trimestre 2021.

Même si les autorités chinoises devaient changer leur position sur les cryptomonnaies à l’avenir, on pense que la plupart des mineurs partiront définitivement en raison de cette situation d’incertitude. D’autres pays sont également aux prises avec la forte consommation d’énergie du mining de bitcoins. L’Iran a déjà ordonné la mise à l’arrêt des mineurs en raison de pannes de courant. Ainsi, alors que certaines régions du monde repoussent l’industrie du mining, d’autres redoublent d’efforts pour fournir de l’énergie et des infrastructures abordables afin d’attirer les bassins miniers et d’en tirer profit.

Les implications de la transformation de l’industrie du mining pour les investisseurs en BTC

Les investisseurs en BTC ressentiront (probablement) à peine les effets de ce changement de cap, si ce n’est une volatilité accrue pendant la relocalisation de l’énergie nécessaire au mining. Cependant, certaines grandes sociétés de mining profitent de cette transition pour se concentrer sur les énergies renouvelables. En effet, la forte consommation d’énergie lors du mining de bitcoins a fait l’objet de nombreuses critiques. Les analystes saluent également le fait que le mining de bitcoins sera plus décentralisé et ne dépendra plus de la Chine. L’expert en mining Zack Voell a récemment conclu sur Twitter que tout ce qui se passe actuellement est « extrêmement haussier à long terme ».

Ainsi, bien que de nombreux gros titres récents semblent perturber le prix du BTC, ces défis peuvent également constituer une période de transition et d’institutionnalisation pour Bitcoin.

Envie d’en savoir plus sur Bitcoin ? Visitez notre Bitpanda Academy et tradez dès aujourd’hui.

Les informations contenues dans cet article sont fournies à titre d’information générale uniquement et ne constituent en aucun cas un conseil en investissement sous quelque forme que ce soit.

Elisabeth Oberndorfer

Elisabeth Oberndorfer

Bitpanda's Editor-in-Chief, lover of pizza and money.